Articles biomasse et filières vertes

Retrouvez ici les nouvelles les plus importantes concernant la biomasse et les filières vertes.

Vous pouvez effectuer des recherches par mots-clés.

2015/05/13

Heizomat, 15 ans d‘expérience en combustion d’agro-granulés


Source : Bioénergies International



Les granulés produits à partir de sous-produits agricoles, de déchets verts ou de miscanthus offrent à la filière granulés une ressource supplémentaire au bois très abondante, aujourd’hui presque totalement inexploitée et donc très peu chère, voire gratuite. Les granulés de végétaux disposent des mêmes avantages que les granulés bois en terme de facilités de stockage, de transport et d’automatisation. Leur pouvoir calorifique est légèrement inférieur (4,3 kWh/kg) à celui des granulés de bois (4,7 kWh/kg) à cause des taux de minéraux et d’humidité légèrement plus importants. Comme tous les granulés, leur implantation en chaufferies s’adapte très bien aux configurations délicates, en ville ou dans l’habitat neuf, avec des volumes disponibles souvent très réduits, ou avec des accès aux poids lourds complexes nécessitant une livraison par soufflage.

Découverte de BC 48, à Mende, la ville du granulé de bois


Source : Bioénergies International



La préfecture de la Lozère ne peut décidément plus vivre sans granulé de bois. Alors que l’entreprise Cogra 48 arrêtait il y a peu de temps la production de granulés sur son site historique de Mende, en service depuis 1982 en ZI de Gardès, au profit d’une autre usine toute neuve à Séverac-le-Château, c’est une autre entreprise mendoise, BC 48, qui lui emboitait le pas, en ZI du Causse d’Auge. Concernant Cogra 48, l’entreprise ne quitte pas Mende puisqu’elle y conserve ses bureaux, son siège social, ainsi que son site de distribution national des poêles Harman. Et pour BC 48, la mise en service de son usine de granulés en septembre 2012 fut la dernière pierre d’un édifice global, initié en 2008 et basé sur la production efficace d’énergie à partir de bois.

2015/05/12

Première production de pétrole renouvelable pour Global Bioénergies


Source : Bioénergies International



Le 12 mai 2015, Global Bioenergies a annoncé avoir converti des ressources végétales en isobutène gazeux, puis secondairement en carburants liquides similaires à ceux extraits du pétrole. Ce mélange de carburants ressemble à du pétrole léger, et peut être qualifié de « pétrole renouvelable ». Le gaz isobutène est une des principales briques élémentaires de la pétrochimie. 15 millions de tonnes d’isobutène sont produites chaque année à partir de pétrole, et sont utilisées pour produire des carburants, des plastiques et des caoutchoucs. Global Bioenergies développe et industrialise un procédé de biologie synthétique pour produire de l’isobutène de façon alternative, à partir de sucre, de céréales, ou de déchets agricoles ou forestiers.

Le granulé de bois feuillu français tient ses promesses


Source : Bioénergies International



Avec un hiver 2012-2013 bien long qui avait nécessité le recours aux importations, et deux hivers exceptionnellement chauds, 2013-2014 et 2014-2015, qui ont vu l’effondrement des besoins à hauteur de 30% par rapport à des hivers classiques, la filière granulés française a été fortement éprouvée. Fort heureusement, la croissance très forte de la demande intérieure, de 0,7 à 1,2 M tonnes sur la même période, a permis d’atténuer les dégâts. On peut néanmoins aujourd’hui constater, que la majorité des entreprises termine le dernier exercice avec des stocks record, représentant jusqu’à 40% de leur production annuelle pour certaines, et que cela ne va pas arranger les trésoreries jusqu’à la prochaine saison. Les dizaines de milliers de tonnes de granulés en stock sur tout le territoire vont en effet concourir à maintenir des prix de vente très bas, une aubaine pour les négociants et les consommateurs, mais un cauchemar pour les producteurs.

2015/05/11

Energie renouvelable : un développement en région disparate


Source : Actu-Environnement



Le Commissariat général au développement durable s'est penché sur l'évolution de l'énergie dans les régions françaises. La croissance du potentiel de puissance énergétique serait assurée par les énergies renouvelables.

L'Europe limite l'incorporation des biocarburants de première génération à 7 %


Source : Enerzine.com



Le parlement européen a adopté fin avril une directive fixant le taux d'incorporation des biocarburants de première génération à 7 % de la consommation énergétique finale dans le secteur des transports en 2020. Pour être pris en compte au titre de l'objectif, leurs émissions de gaz à effet de serre doivent être inférieures d'au moins 35 %, et même 50 % à partir de 2016, à celles des carburants fossiles. Or, un certain nombre d'études ont montré que les bénéfices environnementaux attribués aux biocarburants dits de « première génération », produits à partir de matières premières alimentaires (colza, soja, betteraves, cannes à sucre, maïs…) étaient probablement surévalués. En effet, l'augmentation de la demande en matières premières agricoles liée à la production de biocarburants peut entraîner le déplacement de la production destinée à l'alimentation humaine ou animale vers des terres non agricoles, telles que des forêts, ce qui a un impact négatif sur les émissions de gaz à effet de serre. En novembre 2012, la Commission Européenne a donc publié une proposition de directive sur le changement d'affectation des sols indirect visant à prendre en compte les effets indirects liés à la production de biocarburants, et notamment leur impact sur la conversion de terres. Elle a en outre proposé de privilégier l'incorporation de biocarburants dits de « avancés », produits à partir de déchets et de résidus agricoles et forestiers (paille, bois etc.), qui n'entrent donc pas en concurrence avec l'alimentation et dont le bilan environnemental est supérieur.

Centrale biomasse : après la cogénération, la trigénération !


Source : Actu-Environnement



Produire de la chaleur et de l'électricité à partir de la combustion du bois, c'est un concept qui se développe peu à peu en France. Mais produire en même temps du froid ! C'est une première.

2015/05/07

Global Bioenergies livre un lot d'isobutène bio-sourcé, avec 6 mois d'avance


Source : Enerzine.com



Depuis sa mise en service en novembre 2014, le pilote industriel de Global Bioenergies, installé sur le site agro-industriel de Pomacle-Bazancourt près de Reims, a été utilisé de façon quasi-continue avec l'appui de la société ARD, affiliée au sucrier Cristal Union. La première étape a été la mise à l'échelle des résultats de fermentation obtenus en laboratoire. Dans un deuxième temps, le module de purification et de conditionnement a été mis en route, de façon à permettre la production de lots d'isobutène purifié. Global Bioenergies a annoncé qu'un premier lot d'isobutène a pu être conditionné et expédié. Pour la première fois, toute la chaîne de production a ainsi été intégrée : le glucose issu d'amidon de blé a été converti par fermentation en isobutène gazeux, lequel a été purifié et liquéfié, puis enfin conditionné dans un cylindre pressurisé dédié au transport de gaz industriels.

2015/05/06

Amiens-Etouvie, une chaufferie bois à condensation et hydro-accumulation


Source : Bioénergies International



La Société Immobilière Picarde (SIP) a confié à Cofely Services la conception, la réalisation, le financement et l’exploitation pour une durée de 16 ans d’une chaufferie bois alimentant le réseau de chaleur du quartier d’Etouvie. Ce projet est né de la volonté commune de la SIP et de Cofely Services d’agir concrètement pour le développement durable en substituant du bois énergie aux énergies fossiles. Long de 4 km, le réseau de chaleur urbain du quartier d’Etouvie, alimenté aujourd’hui par une chaufferie fioul / gaz, distribue le chauffage et l’eau chaude sanitaire à l’équivalent de 3.000 logements. Le recours au bois, qui permettra de couvrir 70 % des besoins du réseau, assurera aux abonnés une réduction de leurs charges. Grâce à cette énergie renouvelable, le réseau bénéficiera d’une TVA à taux réduit à 5,5 %.

2015/05/01

Une installation de méthanisation de 500 kWé chez un producteur de légumes


Source : Bioénergies International



Le constructeur allemand d’’installations de méthanisation Weltec Biopower a commencé la construction d’’une installation à Loughgall, en Irlande du Nord. Le maître d’’ouvrage exploitant de l’’installation de 500 kWé est le producteur de légumes Gilfresh Produce. L’’entrepreneur cultive de nombreux produits en plein air et les conditionne. Il s’agit de la troisième installation de Weltec en Irlande du Nord et de la onzième en Grande-Bretagne.

17 juillet 2015, 3ème appel à projets de méthanisation en Poitou-Charentes


Source : Bioénergies International



Le présent appel à projets a pour objectif de densifier la couverture territoriale de la méthanisation par l’encouragement à la réalisation d’études de faisabilité, pour initier de nouvelles unités, sur des territoires aujourd’hui non concernés par un (des) projet(s) de méthanisation mais disposant de ressources et de potentiels. Cette nouvelle initiative régionale, la cinquième sur cette thématique, vise notamment à faire émerger plusieurs projets à vocation collective, en priorité de petite à moyenne taille (voisine de 250KWel à 1 MWel ou équivalence en injection). Ces « petits collectifs » sont en effet plus faciles et rapides à structurer et à mettre en oeuvre (nombre d’acteurs à fédérer limités, démarches règlementaires allégées, investissements plus réduits…) et sont moins coûteux à financer.

2015/04/30

Méthanisation, le constructeur danois Xergi installe sa filiale France à Nantes


Source : Bioénergies International



Le groupe danois Xergi est spécialisé dans les unités de méthanisation clés en mains, de la conception à la livraison complète de l’installation. L’entreprise s’adresse aux groupements d’agriculteurs, aux industriels (notamment de l’agroalimentaire), aux spécialistes de la collecte et du traitement des déchets, aux collectivités et aux fournisseurs d’énergie.

2015/04/29

Agrocarburants : l'Europe valide une réforme timide


Source : Actu-Environnement



Le Parlement vient de valider l'accord conclu avec le Conseil au sujet de la révision des textes européens visant les agrocarburants. Le compromis, plutôt favorable aux industriels français, ne satisfait pas les ONG et certains eurodéputés.

2015/04/28

Les rencontres professionnelles du biosourcé - Chalons en Champagne


Source : Biomasse-territoire.info



SIÑAL EXHIBITION propose en deux jours de faire un "état de l'art" dans le domaine des valorisations non alimentaires des agro-ressources. Animées par des professionnels, experts ou chercheurs reconnus, les conférences balayeront les thèmes d’actualité (méthodologies, nouveaux outils, réglementations, R&D, marchés, débouchés), pour informer et aider à anticiper les nouvelles tendances business.

2015/04/27

Les producteurs français de biodiesel s'alarment pour leur filière


Source : Enerzine.com



Le syndicat des estérificateurs français a pris connaissance du projet annoncé le 16 avril par le groupe Total, consistant à reconvertir sa raffinerie de la Mède en outil de production de biocarburant à base d'huiles végétales. Ce projet, qui prévoit la production de 500.000 tonnes / an de biocarburant HVO (huile végétale hydrotraitée), devrait nécessairement impliquer une matière première non produite en France, principalement de l'huile de palme importée dont le coût est très inférieur à celui de l'huile de colza produite en France. Alors que la production de biodiesel en France est aujourd'hui issue à plus de 80 % d'huile de colza provenant de cultures dans les territoires français, le projet aurait pour effet d'en réduire significativement la part d'origine nationale.

Parution d'un guide officiel sur l'achat public d'énergie


Source : Actu-Environnement



L'Observatoire économique de l'achat public (OEAP), rattaché au ministère de l'Economie, a mis en ligne le 22 avril un guide de l'achat public d'énergie. Et ce pour s'adapter à l'ouverture progressive à la concurrence des marchés du gaz et de l'électricité. En effet, depuis le 1er juillet 2004, les marchés de l'électricité et du gaz naturel sont ouverts à la concurrence pour les collectivités. Ces dernières peuvent donc choisir librement leurs fournisseurs d'énergie. De plus, c'est la fin des tarifs réglementés. Pour l'électricité, à compter du 31 décembre 2015 et pour le gaz, en fonction des consommations depuis le 31 décembre 2014 ou à partir du 31 décembre 2015.

2015/04/23

Biocarburants 3G : Les secrets d'une micro-algue à cornes


Source : Enerzine.com



Les micro-algues utilisent leurs réserves lipidiques pour faire face à des conditions environnementales difficiles. Des chercheurs ont analysé les réponses d'une micro-algue rencontrée dans tous les océans au manque de nutriments, et caractérisé plusieurs centaines d'espèces moléculaires lipidiques mises en jeu.

85 % de l'électricité chinoise pourrait être renouvelable en 2050


Source : Actu-Environnement



Les énergies renouvelables pourraient représenter 85 % de l'électricité consommée en Chine en 2050 et 60% de son mix énergétique, estime une étude réalisée par le Centre national chinois des énergies renouvelables et diverses organisations chinoises, en partenariat avec le département américain de l'Energie.

2015/04/22

Colloque Biomasse le 30 juin 2015 à Paris


Source : Bioénergies International



Dans quelques mois, la France sera l’hôte de la COP 21 et, simultanément, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte commencera à être déclinée sur le terrain. Quel rôle nouveau pour les bioénergies ? Quelle part dans la future Programmation Pluriannuelle de l’Energie ? Quels nouveaux mécanismes de soutien pour les filières des bioénergies – bois énergie, biogaz, déchets ménagers et biocarburants ? Quelles évolutions des autres outils d’accompagnement ? Quelles décisions européennes pour les biocarburants ? Le Colloque National Biomasse qui se tiendra le 30 Juin 2015 à l’Espace Saint-Martin – 75003 Paris répondra à ces questions.

Energies renouvelables : le budget du "Fonds Chaleur" doublé


Source : Enerzine.com



Pour atteindre l'objectif de 32 % d'énergie renouvelable en 2030 inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte, Ségolène Royal a annoncé le doublement du budget du Fonds Chaleur pour atteindre 420 millions d'euros d'ici 2017. Le Fonds Chaleur est distribué depuis 2009 par l'ADEME pour accompagner les filières de production de chaleur à partir d'énergies renouvelables. Son champ d'action est élargi pour accompagner plus de projets en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et du renforcement de l'indépendance énergétique de la France. Les crédits supplémentaires seront apportés par le fonds de financement de la transition énergétique. Le Fonds Chaleur a financé en 5 ans plus de 3 200 installations alimentées par des sources renouvelables et réseaux de chaleur pour un montant d'1,2 milliard d'euros d'aide et près de 4 milliards d'euros d'investissements au total. Ces projets représentent la production de plus de 1,5 million de tonnes équivalent pétrole (tep) par an d'énergie renouvelable ou de récupération. Avec le doublement du Fonds, l'objectif est de permettre la production près de 5,5 millions de tep supplémentaires de chaleur renouvelable à l'horizon 2020.

2015/04/21

Le Fonds chaleur voit son périmètre élargi


Source : Actu-Environnement



Doté de 420 M€ entre 2015 et 2017, le Fonds chaleur finance de nouveaux types de projet, comme la récupération de la chaleur fatale ou la production de froid renouvelable. Objectif : produire 5,5 Mtep de chaleur renouvelable supplémentaires en 2020. La chaleur représente aujourd'hui la moitié des consommations énergétiques françaises. Pour atteindre 38 % de chaleur renouvelable en 2025, alors qu'aujourd'hui 80 % de la chaleur est fournie par les énergies fossiles, le gouvernement a décidé de doubler l'enveloppe du Fonds chaleur, afin d'atteindre 420 millions d'euros d'ici 2017. Ce renforcement devrait permettre d'atteindre une production de 5,5 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) supplémentaires de chaleur renouvelable à l'horizon 2020. Les pouvoirs publics ont également élargi le périmètre du Fonds chaleur qui, jusque-là, finançait des projets de production de chaleur à partir de biomasse, de géothermie, de solaire, de biogaz et d'énergies de récupération (déchets ménagers, eaux usées...). La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a précisé, le 20 avril dans un communiqué, quelles seraient les nouvelles installations concernées. Pour en savoir plus : le communiqué de presse complet (MEDDE) ; le fonds chaleur en bref (ADEME).

Benchmark des stratégies européennes des filières de production et de valorisation de biogaz


Source : Biomasse-territoire.info



En France, la filière méthanisation est en cours de développement. Actuellement deux programmes d'encouragement de cette filière ont été mis en place : Le plan EMAA (Energie Méthanisation Autonomie Azote) et l'appel à projets 1.500 méthaniseurs. L'acquisition d'informations sur les actions menées dans les pays historiques de la méthanisation et les pays, dont la dynamique de développement est soutenue ces derniers temps, sera nécessaire à la prise de décision et à l'élaboration de la stratégie nationale de soutien. Ce rapport réalisé pour le compte de l’ADEME par AILE et EREP a pour ambition d'illustrer les orientations de quelques pays ayant fait le choix d'encourager la filière méthanisation. La première partie de ce document présente l'état du développement du parc européen d'installations de méthanisation, et répertorie les actions mises en place par chacun des pays. La seconde partie approfondie la situation pour 5 pays : l'Allemagne, l'Italie, les Pays Bas, le Royaume-Uni, et la Suède. Pour en savoir plus et télécharger le document http://www.ademe.fr.

2015/04/17

Investissements d'avenir : appel à manifestation d'intérêt "industrie et agriculture éco-efficientes"


Source : Actu-Environnement



Mercredi 16 avril, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a lancé un appel à manifestation d'intérêt (AMI) sur le thème de "l'industrie et de l'agriculture éco-efficientes". Il se clôture le 30 novembre 2016. Les projets sollicités doivent répondre à un objectif précis : "produire en utilisant moins d'énergie et en rejetant moins de gaz à effet de serre", ou bien, ajoute l'Ademe, "produire en utilisant moins de matière ou moins d'eau". Quatre secteurs sont visés : l'agriculture et la filière bois, les industries agro-alimentaires, la chimie et le papier carton, ainsi que les industries des métaux et matériaux industriels et de construction. L'AMI s'adresse plus précisément aux profils suivants : équipementiers et constructeurs, fabricants d'intrants agricoles, bureaux d'études et ingénieries, installateurs et exploitants, et industriels ou agriculteurs utilisateurs, capables de diffuser leur offre aussi bien en France qu'à l'étranger. Le budget total des projets soumis ne doit pas excéder 1 million d'euros, précise l'Agence. Quant aux travaux, ils devront être localisés sur le territoire national. Le dispositif s'inscrit dans le cadre du programme des Investissements d'Avenir, initié en 2010 par l'Etat et mis en œuvre par le Commissariat général à l'investissement (CGI). L'objectif ? "Stimuler l'innovation, accroître la compétitivité des entreprises" et, ajoute l'Ademe, "favoriser l'emploi et promouvoir l'égalité des chances".

Installations de combustion : des fiches techniques pour accompagner exploitants et inspecteurs


Source : Actu-Environnement



Jeudi 16 avril, le ministère de l'Ecologie a publié neuf fiches techniques relatives aux installations de combustion. Elles font suite aux nombreuses questions posées par les inspecteurs ou les exploitants sur les textes applicables aux installations. Parmi les sujets traités, les fiches précisent comment classer un site dans une rubrique ICPE "combustion", quels sont les différents produits et déchets concernés et à quelle catégorie de "combustibles" ils correspondent. Les documents présentent également les prescriptions des valeurs limites d'émission (VLE) applicables aux installations de combustion, les valeurs recommandées en zone concernée par un plan de protection de l'atmosphère (PPA), ou bien encore les règles applicables à la surveillance et au contrôle des rejets dans l'atmosphère. Regroupées par le Bureau de la qualité de l'air, ces fiches techniques ont été validées par la Direction générale de la prévention des risques (DGPR) et la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC). Le ministère de l'Ecologie insiste sur le fait que ces documents n'ont aucune valeur réglementaire : ils ne sont fournis qu'"à titre indicatif".

Les entreprises de demain en couveuse


Source : InfoEcoLorraine



La première couveuse d'entreprise nationale dédiée au bois a été officiellement lancée la semaine dernière. Portée par le GIP Maison de l'emploi du Pays d'Epinal et la Ville d'Epinal, elle permettra un accompagnement des jeunes entreprises via un Contrat d'Appui au Projet d'Entreprise s'étalant de 12 à 36 mois. Les porteurs de projet recevront une bourse individuelle de 12 000 euros par an et pourront bénéficier du savoir faire et des équipements du Pôle Fibres, du CRITT bois et de l'ENSTIB.

Biodiesel : Total engage 200 M€ pour transformer La Mède en bioraffinerie


Source : Info Chimie



Premier raffineur européen, Total avait prévenu de l'engagement cette année d'un vaste plan de restructuration pour son dispositif de raffinage en France. Il prend la forme d'un plan d'investissement de 600 millions d'euros destiné à profondément transformer les complexes du groupe à Donges (Loire-Atlantique) et La Mède (Bouches-du-Rhône). Globalement, l'objectif est de réduire les capacités face à un environnement très défavorable pour le raffinage européen en raison des surcapacités liées à la fois à la demande moindre en produits pétroliers sur le continent, due en partie aux engagements écologiques pris par l'UE, et la concurrence internationale de plus en plus ardue.

Biocarburants plus propres : la Commission environnement soutient l'accord


Source : Enerzine.com



La Commission européenne de l'environnement vient de voter un accord sur des projets prévoyant de plafonner la production de biocarburants traditionnels et d'accélérer le passage à d'autres sources, comme certains types de déchets, des résidus et de nouvelles sources comme les algues. Le projet vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre causées par l'utilisation croissante des terres agricoles pour produire des biocombustibles. L'utilisation de terres agricoles pour produire des cultures de biocarburants réduit la superficie disponible pour les cultures vivrières. Cela s'ajoute à la pression pour libérer plus de terres, par exemple par la déforestation, dans le but de produire plus de nourriture - un processus connu sous le nom de "changement indirect de l'affectation des sols" (CIAS). Mais la déforestation en elle-même augmente les émissions de gaz à effet de serre, ce qui peut annuler une partie ou, dans certains cas, tous les effets bénéfiques de l'utilisation de biocarburants. Dès 2008, le Parlement a demandé à ce que le facteur CIAS soit pris en compte dans la politique des biocarburants de l'UE, tandis que les biocarburants terrestres ont reçu jusqu'à 10 milliards d'euros par an de subventions publiques.

2015/04/16

Les EnR électriques gagnent du terrain


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Avec 19,5 % de l'électricité d'origine renouvelable début 2014, ces énergies ont pris leur place dans le paysage électrique français. Engagée dans le programme Investissements d'avenir, l'ADEME soutient les filières les plus prometteuses. Avec un objectif : concilier compétitivité et pertinence écologique des projets. Ainsi, jamais autant de projets d'installations ou de tests à l'échelle industrielle n'avaient vu le jour.

2015/04/15

Le Sénat épingle une filière bois "sans stratégie"


Source : Usine Nouvelle



Un rapport du Sénat rendu public le 8 avril dénonce une politique forestière française "sans stratégie ni pilote". En se fondant sur une enquête réalisée par la Cour des comptes, les sénateurs critiquent un modèle économique semblable à celui "d’un pays en développement", qui exporte des bois bruts et importe des produits à forte valeur ajoutée. Le contrat de filière signé en décembre 2014 ne représentera, selon eux, qu’une "avancée très timide". La filière bois représente 440.000 emplois et 10 % du déficit de la balance commerciale.

Expobiogaz 2015 – du 16 au 18 juin 2015 – Paris Porte de Versailles


Source : Bioénergies International



Expobiogaz 2015, le seul rendez-vous dédié exclusivement au biogaz en France en 2015 ! Ancré dans une actualité forte et prometteuse, porteuse d’opportunités pour un secteur en constante mutation et en pleine phase de structuration, Expobiogaz 2015 s’impose comme le rendez-vous national de l’ensemble de la filière biogaz avec : une représentativité exhaustive des métiers du biogaz, avec 120 entreprises et marques exposant leur savoir-faire et leurs innovations : petite méthanisation, construction du méthaniseur,  solutions clé en main,  injection/cogénération, GNV, financements, services à l’exploitation… Pour plus d’informations sur les exposants, cliquez ici.

2015/04/14

Les mécanismes de soutien aux énergies renouvelables en France et en Allemagne


Source : Bioénergies International



L’Office franco-allemand pour les énergies renouvelables (OFAEnR) a mis en ligne la synthèse de la conférence « Evolution des mécanismes de soutien et intégration des énergies renouvelables au marché en France et en Allemagne » (programme) qui s’est déroulée le 29 janvier 2015 au Ministère de l’Economie et de l’Energie à Berlin. Vous retrouverez dans cette synthèse les constats et débats qui se sont tenus dans le cadre de la manifestation sur les thématiques suivantes : le cadre réglementaire des mécanismes de soutien aux énergies renouvelables en France et en Allemagne ; les instruments du soutien aux énergies renouvelables : tarifs d’achat, primes de marché et appels d’offres ; cadre réglementaire de la vente directe de l’électricité et de l’autoconsommation ; acteurs fondamentaux : la bourse et les agrégateurs ; défis et chances de la vente directe.

Bois-énergie et développement des compétences en Rhône-Alpes


Source : Bioénergies International



Un pilote de formation destiné aux producteurs de combustibles bois est initié en Rhône-Alpes. FIBRA encourage le développement de la filière bois énergie en créant la première formation expérimentale destinée aux professionnels pour leur permettre d’optimiser une gestion raisonnée de la ressource mobilisable, de professionnaliser les salariés des entreprises du bois énergie et de structurer les filières d’approvisionnement local. Ce pilote de formation a été confié à Alvéole Formation, ISETA et l’institut FCBA. Entre avril et juin, une douzaine de professionnels du bois énergie (producteurs, fournisseurs, forestiers ou négociants) pourront suivre gratuitement les modules de cette nouvelle formation répartie en 4 modules.

Du biocharbon magnétique pour améliorer la production de biogaz


Source : Bioénergies International



Des chercheurs de l’Institut Leibniz d’agronomie (ATB) de Potsdam-Bornim (Brandebourg) et de l’Université Humboldt de Berlin ont développé un procédé de production de composés carbonés magnétiques basé sur la carbonisation hydrothermale (HTC) de biomasse. La production de ce biocharbon est similaire à celle du charbon de bois et se fait par des procédés de transformation thermique : la biomasse est carbonisée en présence d’eau au cours de plusieurs étapes différentes selon les caractéristiques finales désirées. Celui-ci peut être utilisé comme engrais pour des sols peu fertiles où il facilite la séquestration du carbone et de l’eau. Il peut également servir à filtrer des eaux usées ou permettre de catalyser des réactions chimiques ou biologiques. Les chercheurs de l’ATB se sont en particulier intéressés à ce dernier point dans le cas des méthaniseurs où des ions ammoniums perturbent la réaction bactérienne.

Début de réponse aux grandes questions de la filière bois-énergie en Champagne-Ardenne


Source : Bioénergies International



La Chambre d’Agriculture de l’Aube et la Chambre d’Agriculture de la Haute-Marne éditent « Début de réponse aux grandes questions de la filière bois énergie ». Cette plaquette fait suite au Carrefour des bioénergies qui s’est déroulé en 2014 à Wassy. Ce document : répond concrètement aux questions qu’un porteur de projet peut se poser avant de se lancer dans un projet bois énergie ; explique ce que les chargés de mission Bioénérgies 10 et 52 peuvent apporter ; illustre les réponses par des témoignages. L’ADEME apporte un soutien technique et financier aux missions bioénergies 10 et 52.

8 juin 2015, appel à projets Bioressources, Industries et Performance


Source : Bioénergies International



Par ses programmes «Agriculture, forêt, sols et biomasse», «Production durable et énergies renouvelables», l’ADEME apporte une contribution significative au développement durable des filières de la bioéconomie pour favoriser les transitions énergétiques et écologiques. Le défi du développement de ces filières est triple : assurer la sécurité alimentaire, utiliser durablement les ressources renouvelables à des fins industrielles et protéger l’environnement. L’objectif de l’appel à projets BIP est de soutenir des projets de recherche et développement permettant d’améliorer l’efficience de procédés industriels existants de conversion de la biomasse ou d’en développer de nouveaux afin d’élargir la gamme de produits biosourcés mis sur le marché et le panel de biomasses mobilisées. Le fil conducteur central de l’appel est le développement de procédés à impacts environnementaux réduits grâce à la sobriété matière et énergétique de l’ensemble de la chaîne de valeur : de l’approvisionnement en biomasse (production, transport, …) à sa transformation en produits et sa distribution en biens commercialisables, voire jusqu’à sa fin de vie. Deux grandes thématiques sont ciblées par cet appel : les bioraffineries et les biocarburants. La date de clôture est fixée au lundi 08 juin 2015 à 12h00 pour le dépôt des pré-projets.

2015/04/12

Club EnR : bilan de la présidence française


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



L’ADEME et l’Agence française de développement (AFD) renouvellent leur partenariat pour les cinq années à venir. Le nouvel accord (2014-2019) détermine les priorités de cette collaboration dans les domaines de la maîtrise de l’énergie, du climat, de la gestion des déchets et de l’environnement. Réduire les vulnérabilités tout en favorisant une croissance économique et sociale durable dans les pays émergents et en développement ainsi que dans les collectivités d’Outre-mer, tels seront les piliers de cette coopération. Il s’agira en particulier d’accompagner la transition énergétique en Méditerranée, le développement urbain durable en Asie et en Amérique latine et l’accès à l’énergie en Afrique subsaharienne, en se fondant sur l’alliance des expertises technique et financière de nos deux organismes. La COP 21, qui aura lieu à Paris en 2015, sera également l’occasion de mettre en avant les bonnes pratiques mises en oeuvre, qui conjuguent développement économique, lutte contre les dérèglements climatiques et accès à de meilleures conditions de vie pour tous.

Investissement dans un système de froid performant en agro-alimentaire


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Mabille SA Auterive, suite à la réalisation d'une étude de faisabilité, a mis en oeuvre des préconisations, notamment l'installation de compresseurs frigorifiques peu consommateurs en énergie et une régulation de la haute pression flottante. Vous retrouverez dans cette fiche leur démarche et les procédés mis en oeuvre, leur bilan énergétique, les bénéfices qualitatifs et les gains financiers qui en résultent, les clés du succès, leur témoignage...

2015/04/10

Bio-bitumes : des routes vertes à base de micro-algues ?


Source : Enerzine.com



Les micro-algues constituent une source très prometteuse d'alternative au pétrole et ceci, sans concurrencer l'industrie alimentaire. Pour la première fois, elles ont été utilisées pour faire... du bitume ! Des chercheurs des laboratoires Chimie et interdisciplinarité** ont apporté la preuve de concept de ce bio-bitume, dont les caractéristiques sont très proches du « vrai » bitume de nos routes. Leurs travaux sont publiés dans le numéro d'avril de la revue ACS Sustainable Chemistry & Engineering. Les micro-algues sont connues depuis longtemps pour leurs applications comme colorants en cosmétique ou comme compléments alimentaires. Leur raffinage pour produire, par exemple, des biocarburants, est une idée qui a émergé ces dernières années. Aujourd'hui, les micro-algues font partie des alternatives prometteuses au pétrole. Avec le développement de procédés efficaces et rentables, de nombreux produits issus de l'industrie du raffinage deviendraient accessibles. 

Les forêts françaises, atouts dans la régulation du climat


Source : Actu-Environnement



Le bilan de la forêt française est positif et va continuer à s'accroître. La France a ainsi de la marge par rapport aux objectifs de Kyoto en termes de puits de carbone, si un bon équilibre est trouvé sur le niveau d'exploitation des forêts.

2015/04/09

Marché actuel des produits biosourcés et évolutions à horizons 2020 et 2030


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Cette synthèse fournit : des données chiffrées sur les marchés actuels des produits biosourcés : les volumes produits et consommés, les taux de pénétration, les volumes de ressources végétales mobilisées, l'impact sur les surfaces agricoles, le panorama des industriels et le positionnement à l'international) ; des scénarios prospectifs à horizons 2020 et 2030 en indiquant les volumes consommés par segment pour chacun des scénarios (France) et l'impact sur les surfaces agricoles françaises.

2015/04/08

Le bois-énergie, trop gourmand en aides publiques ?


Source : Actu-Environnement



Les mesures de soutien au bois-énergie ont fait leur preuve, selon la Cour des comptes. Deux sénateurs estiment pourtant qu'il ne doit plus faire l'objet d'une priorité des aides publiques.

100 % d'électricité renouvelable en 2050, l'étude de l'Ademe qui dérange


Source : Actu-Environnement



Actu-environnement s'est procuré l'étude qui devait être officiellement présentée le 14 avril à Paris. C'est la première fois qu'une agence pilotée par l'Etat démontre qu'une filière électrique à 100 % renouvelable est possible d'ici à 2050. Un camouflet pour le nucléaire.

2015/04/07

22 avril : journée de restitution de la mission de préfiguration d’une filière méthanisation à l’échelle de la Vallée de la Seine à Rouen


Source : Biomasse-territoire.info



Journée de restitution de la mission de préfiguration d’une filière méthanisation à l’échelle de la Vallée de la Seine le mercredi 22 avril à Rouen de 9h00 à 18h00 Au programme : 9h30 - 12h00 : Restitution de l’étude : intervention des territoires, présentation des clubs entreprises méthanisation (Nov&atech, Energies Haute-Normandie). 12h00-13h30 : Cocktail déjeunatoire. 13h30 – 17h30 : Visite de l’unité de méthanisation Agri-Energie (Etreville).

Le « 100% énergies renouvelables » est-il possible en France ?


Source : Enviro2B



Initialement prévue à l’occasion d’un colloque organisé par l’Ademe les 14 et 15 avril prochains à Paris, la présentation d’une étude prospective sur une France « 100 % énergies renouvelables » a finalement disparu du programme. Sujet hautement sensible dans un pays très nucléarisé, ce scénario ne serait pas encore assez « fiable » pour être présenté, selon l’agence. Evoquée par Le Monde, cette information révèle la difficulté en France de s’interroger sur notre modèle énergétique, au regard du poids économique et politique de l’industrie nucléaire dans notre pays. Leader mondial de cette industrie, la France est le pays dont la part d’électricité d’origine nucléaire reste la plus élevée au monde (près de 75 %).

Bioliq : produire du biocarburant à partir de biomasse résiduelle


Source : Enerzine.com



Mené en partenariat avec l’Institut de technologie de Karlsruhe (KIT), le projet pilote bioliq™ a pour objectif de démontrer la faisabilité d’un processus de production de carburant de haute qualité, sans soufre, à partir de biomasse résiduelle. Ces biocarburants dits de « seconde génération » sont élaborés en utilisant la partie non comestible des plantes sans impact sur la chaîne alimentaire, contrairement aux biocarburants de « première génération » produits à partir de l’huile, de l’amidon ou du sucre contenus dans les plantes comme les graines oléagineuses, la betterave ou les céréales.

2015/04/02

Un nouveau plan méthanisation plus ambitieux pour Poitou-Charentes


Source : Bioénergies International



Le Conseil régional de la Région Poitou-Charentes a lancé le 27 mars 2015 un nouveau plan méthanisation plus optimisé et plus ambitieux, avec de nouveaux objectifs chiffrés pour 2020 (sachant que 40 MW sont en portefeuille projet), avec simplification des procédures, avec un nouvel outil – barème financier plus attractif et simplifié (aide Région sur fonds FEDER et FREE) et avec un plan d’actions 2015 clair dont notamment 2 appels à projets complémentaires.

Des innovations sont nécessaires pour que la biomasse reste rentable


Source : Actu-Environnement



Avec la fin annoncée des tarifs d'achat, les opérateurs devront rechercher une meilleure rentabilité pour leurs projets, analyse le cabinet d'études Xerfi. Diversification des approvisionnements, innovations et nouveaux financements sont préconisés.

Eco-industries : le Cosei en faveur d'une simplification des procédures de réutilisation des déchets


Source : Actu-Environnement



Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont validé ce jeudi 2 avril le contrat de filière relatif à l'efficacité énergétique lors de la réunion du comité stratégique des éco-industries (Cosei). Un contrat qui prévoit l'organisation d'une "semaine de l'innovation en efficacité énergétique" d'ici l'été, durant laquelle les laboratoires de R&D ouvriront leurs portes aux entreprises. Mais le comité stratégique a également fixé des axes de simplification réglementaire pour 2015, donnant la priorité à la simplification des procédures de réutilisation de certains déchets. Parmi celles-ci sont cités la création d'un cadre d'utilisation des combustibles solides de récupération (CSR), l'élargissement des possibilités de sortie du statut de déchets de bois et des digestats de méthanisation et, enfin, laréutilisation des eaux usées après traitement.

2015/04/01

Méthanisation : "les cultures énergétiques méritent une place modérée"


Source : Actu-Environnement



La place des cultures énergétiques dans l'alimentation des méthaniseurs a suscité de vifs débats lors de l'examen du projet de loi transition énergétique. Alors que les députés veulent exclure totalement le recours aux produits agricoles alimentaires, les sénateurs prônent l'intégration de cultures intermédiaires y compris celles à vocation énergétique. Ce point de désaccord devra être tranché lors de la seconde lecture du projet de loi qui doit débuter le 14 avril prochain à l'Assemblée Nationale.

2015/03/30

23 avril 2015, la place de la méthanisation en Bourgogne


Source : Bioénergies International



L’ADEME Bourgogne, en partenariat avec la Région Bourgogne, organise une journée d’échanges sur la méthanisation en Bourgogne, le jeudi 23 avril 2015, de 9h à 16h45 au Palais des Congrès de Beaune. Transition énergétique, économie circulaire, compétitivité agricole, croissance verte… Quelle place pour la méthanisation? Retours d’expériences et perspectives en Bourgogne. Souvent citée comme un levier important dans les politiques environnementales et énergétiques actuelles et futures, la méthanisation se développe pourtant lentement… Cette journée sera l’occasion de s’interroger sur ces perspectives et de faire un point d’étape sur la filière en Bourgogne, au travers de retours d’expérience, de témoignages d’exploitants et de partage des différentes études techniques et économiques menées récemment en Bourgogne. A destination des collectivités intéressées par le sujet, des exploitants et des organismes agricoles, des professionnels de la méthanisation et des services de l’état concernés.

Coordonnées

BIOMASSE CONSEIL

Adresse : 4 rue Pierre Curie 88110 RAON-L'ETAPE

Téléphone fixe : 09 84 28 92 90

Téléphone mobile : 07 82 24 84 22

E-Mail : contact@biomasse-conseil.fr

Web : www.biomasse-conseil.fr

 

Réalisation

Site réalisé par Le Tisseur De Liens

Plan du site